24 août 2019, 20h00 : sérénade nocturne avec Amy Blake (chant) et Stéphane Eliot (orgue)

blake_2
Amy Christianna Blake

Reconnue pour son « beautiful singing », sa « forte énergie et sa présence scénique » (The New York Times), Amy Christianna Blake s’est formé un répertoire d’opéra et de concert qui l’a fait reconnaître comme une des plus prometteuses artistes sur la scène internationale. Pour son récital au Merkin Hall de New York City, le New Music Connaisseur écrit : « Amy Blake chantait avec tant de conviction, d’éloquence, de passion et d’élégance que le public était subjugué. »

Amy Blake a chanté un grand nombre de rôles solistes d’oratorios et de concert avec l’Astoria Symphony Orchestra, le Goliard Symphony Orchestra, et le Brooklyn Philharmonic dans un éventail de répertoire comprenant le Messie de Georg Friedrich Haendel, les Nuits d’été d’Hector Berlioz, Sieben Frühe Lieder d’Alban Berg et West Side Story de Leonard Bernstein. Amy Blake s’illustre également dans les rôles de Pamina dans la Flûte Enchantée et de la Comtesse dans Les Noces de Figaro, de W. A. Mozart. Elle interpréta également Violette dans la Traviata de Giuseppe Verdi. Amy Blake est une interprète remarquable dans le répertoire de George Gershwin et le negro spiritual. L’artiste considère la soprano française Ninon Vallin comme « la référence absolue du beau chant », et s’en inspire au quotidien.

Stéphane-Eliot
Stéphane Éliot, à son instrument.

Organiste à Saint Pierre d’Arène à Nice depuis de nombreuses années, Stéphane Eliot a obtenu, dans les Classes d’Orgue et d’Improvisation aux Conservatoires de Marseille et de Paris, les médailles d’or dans ces deux disciplines avec Annick Chevallier et Marie-Louise Langlais. Il obtiendra une Médaille de Bronze à l’International Electone Festival 1994 de Tokyo. Sa passion du répertoire lyrique l’amène à accompagner de grands artistes internationaux à l’aide de son orgue symphonique comme Elizabeth Vidal et André Cognet dans les programmes « De Bach aux Beatles » et « La Route de la Soie », lors des concerts organisés par C’est pas classique.

Stéphane Eliot participe activement à la vie culturelle de la région PACA et est l’invité privilégié des grandes manifestations musicales comme la commémoration de la mort d’Édith Piaf et l’hommage à Maria Callas avec Vanessa Pont ou Marie-Dominique Mézin. L’Orchestre Philharmonique de l’Opéra de Nice l’a également invité à tenir le grand orgue de Saint Pierre d’Arène pour le Requiem de Duruflé donné avec Annie Vavrille et les Chœurs de l’Opéra dans le cadre du Festival de Musique Sacré de Nice. Il joue depuis cinq ans dans la version Grand Orgue du Concert du Nouvel An réunissant mille cinq cent spectateurs, transformant l’instrument en un Limonaire géant.

Programme du concert :

O nuit, d’un thème de l’opéra Hippolyte et Arisie de Jean Philippe Rameau
(chanté dans le film Les Choristes)

Endless pleasure, endless love, de Semele de Georg Frédéric Haendel

O Sleep why dost thy leave me, de Semele de Haendel

Une petite musique de nuit (extrait)

Sérénade n°13 en sol majeur de Wolfgang Amadeus Mozart (instrumental)

Repose toi bien, ma douce vie, de Zaïde de W. A. Mozart

Nuit d’étoiles, de Claude Debussy

Chère Nuit, d’Alfred Bachelet

Clair de lune, de Claude Debussy (instrumental)

Ebben, neandro lontana, issu de La Wally d’Alfredo Catalani

Intermezzo, tiré de Cavalleria rusticana de Pietro Mascagni (instrumental)

Chant à la Lune, issu de Rusalka d’Antonin Dvořak

How high the Moon, de Morgan Lewis

No other love, paroles de Bob Russell et Paul Weston
(arrangement de l’Étude n°3, opus 10 de Frédéric Chopin)

Blue Moon, de Richard Rodgers

Moonlight Serenade, de Glenn Miller

Fly me to the Moon, de Bart Howard

le contenu du programme est modifiable (non contractuel)